Wild Raven Adventure

Samedi le 19 août au lundi le 28 août 2017 - Wawa à Thessalon (ON)

En 10 jours, bien des choses se sont passées. À commencer par notre départ de Wawa et de Naturally Superior le dimanche 20 août. Notre séjour à Wawa fut doux et empreint de belles rencontres et discussions, entre autre avec Dave (propriétaire de Naturally Superior), les autres visiteurs et Ewan et Sophie, un couple de nomades aventuriers vraiment fascinants. Originaire de l’Australie et la Nouvelle-Zélande respectivement, ils guident en Antarctique durant la saison estivale de l’hémisphère Sud et cet été (en hémisphère Nord), ils ont guidés sur le lac Supérieur pour Naturally Superior. Ils ont un mode de vie qui nous ressemble et tout comme nous, apprécie la liberté et les opportunités que leurs offres leur style de vie.


Le passage sur la dernière section du lac Supérieur fut superbe. Le Parc Provincial du Lac Supérieur est joli. Il était vraiment plaisant se rappeler tous les endroits où nous étions allés auparavant. Nous avons revu Devil’s Chair (un monticule de roches sombres et tranchantes). L’eau était toujours aussi incroyablement translucide et verte. De plus en plus de plages ont fait leur apparition. Nous avons jouie d’un temps relativement calme à l’exemption de la journée où nous avons quitté Wawa (départ dans la brume, puis nous avons dû arrêter quelques heures dans Brûlé Harbour en raison du vent et des vagues), puis à Robertson Cove (où nous avons passé une journée sur place … les vagues passaient par dessus les premiers caps de roche haut d’au moins 15 pieds). Lorsque mère Supérieure n’est pas contente, elle vous dit très clairement de ne pas s’aventurer sur ses eaux. On doit lui accorder un grand respect.


La journée où nous voulions faire le plus de kilomètres possibles pour rentrer à Sault Ste Marie, nous avons été fortunée de faire des rencontres toutes particulières. Nous voulions sortir du lac en raison des prédictions météorologiques mauvaises, mais aussi du fait que nous avions une rencontre prévue à Sault le lendemain. Alors que nous contournions Coppermine Pointe, une dame avec son chien Berger Allemand s’est mise à marcher dans notre direction. Nous sommes arrêtés et avons commencé à lui parler. Jennifer allait nous amener à Sault. Nous sommes débarqués sur la plage et avons pu faire de plus ample connaissance. Nous avons aussi rencontré Ellen, une dame au grand coeur et vraiment sympathique. Elle est au fait de tous les voyages de canot et kayak sur le lac et tient à rencontrer tout le monde. D’ailleurs, c’est à la pêcherie, située un peu plus au nord, que nous avions entendu parlé d’Ellen. Elle nous invita à manger des hamburgers avant que nous partions avec Jennifer. Tandis que nous parlions tous à l’extérieur et que nous terminions de remplir de camion de Jennifer, j’ai été saisie par une pensée. J’ai regardé Pierre et lui ai dit: “C’est Jennifer, c’est la bonne personne”. Pierre compris de quoi je voulais parler. Il m’a répondu: “Oui! Tu as raison, c’est la bonne personne”.



Lorsque nous étions à Gibsons (C.B.), au Gibsons Paddle Club, nous avons reçus tous les trois un cadeau d’une valeur inestimable (voir blog du 18 avril http://www.wildravenadventure.com/single-post/2017/04/17/22-mars-au-17-avril-2017---Port-Hardy-%C3%A0-Vancouver-C-B). Le collier que nous avions reçu était précieux, empreint de symboles forts, d’une richesse et culture profonde, d’une protection sur l’eau. Lorsque j’ai réalisé que Jennifer était la personne à qui je devais faire la passation du collier, j’en ai eu des frissons. Je ne peux expliquer le sentiment. Il n’y a rien de rationnel, simplement du senti et des vibrations. Des émotions près des sens de l’intuition et de la spiritualité. Une fois dans son camion, sur la route représentant la dernière section nous séparant de Sault, nous lui avons expliqué l’histoire de Gibsons Paddle Club, la signification du collier et notre expérience. Jennifer était très émue. Elle ne pouvait pas cacher ses larmes. Une fois rendue à destination, j’ai procédé à la remise du collier. Toutes les deux en retenant nos larmes, nous avons créé un lien unique. Je suis heureuse que Jennifer soit la personne choisie.


Nous avons beaucoup pensé par après. Toujours à toutes ses rencontres uniques qui ont changés nos vies et eues un impact positif dans nos existences. Nous avons aussi pensé à celles pour lesquelles nous avons eu le sentiment d’avoir fait une différence. Comme cette dame (nous ne nommerons pas son nom ni l’emplacement où nous l’avons rencontré par souci de confidentialité) que Pierre avait surpris pleurant dans sa voiture, la tête accotée sur son volant. Ce jour-là, elle avait tout planifié. Elle voulait s’enlever la vie. Nous ne le savions pas et ce n’est qu’un an et demi plus tard qu’elle nous a partagé son histoire. Ce 15 minutes de discussion a fait changer son idée et de retour à la maison, elle est allé voir notre site web. Elle a commencé à nous suivre sur Facebook et à lire le blog. Elle nous raconta tout ce qui se c’était passé dans sa vie. Nous étions bouleversés. Mais elle a su trouvé du bonheur dans les choses les plus simples et c’est ce qui l’a sauvé.


Le samedi 26 août, nous sommes partis de Sault. Ce fut une belle journée. Avant d’entrer dans le lac George (qui nous avait donné du fil à retordre 5 ans auparavant), nous avons rencontré un charmant couple sur l’île Écureuil. Nous avons rencontré aussi leur fille plus tard sur Pine Island. Comme lors de chacune des rencontres, nous avons été invités à rester. Malgré que nous n’avions pas beaucoup de kilomètres à faire pour se rendre à Thessalon (où nous devions être rendu le lundi, car nos amis et grands supporteurs de notre expédition allait nous rejoindre le jour suivant), nous avons décidé de poursuivre. Ce fut une bonne décision, car les prévisions météos ont changés drastiquement durant la journée. Fort vent et vagues sur le Canal Nord du lac Huron prévu le dimanche et le lundi. Nous sommes arrêtés pour la nuit à Kensingon Point après une belle journée de navigation.




À la fin du lac George, nous avons été interpellé par un groupe sur un bateau ponton. Nous ne comprenions pas pourquoi au début ils se dirigeaient directement sur nous et ne changeaient pas de direction pour ne pas couper notre chemin. En fait, ce groupe était perdu. La première question qu’ils nous ont posée est “Est-ce que Sault est dans cette direction?” en pointant vers le Canal Nord (lac Huron). Ils étaient perdus et n’avaient aucune idée d’où ils étaient. Nous nous sommes rapprochés. Pierre leur a montré où ils étaient et comment retourner à Sault Ste. Marie (côté Michigan) en fonction de l’essence qu’ils leur restaient. Ils ont pris en photo nos cartes, car ils ne savaient pas comment faire marcher leur GPS. Et la dame à l’avant, qui me parlait, me disait que leur téléphone ne marchait pas, car ils ne voulaient pas payer de frais d’itinéraire au Canada; que le GPS était défectueux et qu’il avait ça … ça étant la radio VHF. Ils n’avaient vraiment aucune idée de ce qu’ils faisaient sur l’eau avec leur ponton tout neuf.


Nous avons eu de la belle température, du vent faible et un passage agréable durant la journée. Nous étions contents de revoir le décor particulier du Canal Nord. L’arrivée dans la section plus abrupte et rocheuses est vraiment particulière. Spécialement avec tous les gros pins et le soleil couchant. À Kensington Point, nous avons rencontré Rick (originaire de Chicago, mais qui partage maintenant son année entre la Floride et l’Ontario). Alors que nous montions notre tente à la brunante, Rick est revenu nous voir pour nous donner un gâteau aux bananes et aux bleuets sauvages. Nous avons pratiquement passé au-travers le gâteau le soir même. Vraiment délicieux.


Le dimanche 27 août, nous n’avancions pas très vite. Les vagues courtes et pointues nous ralentissaient énormément. Le vent soufflait davantage et du Sud-Est. Nous sommes donc arrêtés à Bruce Mines à la marina. Nous nous sommes dit que nous allions marcher le reste du trajet jusqu’à Thessalon. Jasmine aimerait mieux ça aussi. Nous avions reçu nos bottes de marche. Nous avions changé de l’équipement rendus à Wawa, car nous n’avions plus besoin de nos bottes d’eau d’été, mais plutôt une botte de marche plus chaude pour le soir. Durant la journée, nous pagayons maintenant avec nos bottes de néoprène. Le pied de Pierre serait donc plus confortable et marcher la distance était envisageable. Le hasard faisant bien les choses, nous avons reçu l’aide de Tom. Il vint nous rencontrer près de la rampe de mise à l’eau et nous offrit de nous reconduire jusqu’à Thessalon. En quoi lorsqu’on y croit et qu’on est positif, l’univers nous offre au bon moment ce dont nous avons besoin. Tom, un homme au coeur immense, nous conduit au motel où nous allons rencontrer nos amis. Nous avons discuté un bon moment avec Tom. Lui et sa femme ont donné beaucoup aux autres et ils croient fermement qu’il est important d’être généreux et bons envers les autres. Il dit que la vie a été bonne pour eux et que de redonner est ce qu’ils leur apportent le plus de bonheur.


Aujourd’hui, nous sommes à Thessalon et nous nous préparons à voir nos amis. Lavage et ménage de notre équipement. La prochaine section nous amènera vers Killarney. Puis, nous devons décider si nous passerons par la rivière de Français, Mattawa et Outaouais, ou par le Trent-Severn, Kingston et le Canal Rideau. À suivre.


Featured Posts
Recent Posts