Wild Raven Adventure

Jeudi le 8 juin au vendredi le 23 juin 2017 - Brandon à Winnipeg (MB)

Sous une chaleur intense, nous avons quitté le terrain de camping (Turtle Crossing Campground) et Brandon en milieu d’avant-midi. Il faisait tellement chaud ce jour-là, que notre sueur formait des gouttes sur le bout de notre nez. Nous avons même dû sortir les deux couvertures rafraîchissantes de Jasmine (ces couvertures fonctionnent bien pour elle et la garde au frais malgré la chaleur).



La ville de Brandon a mis plusieurs points d’accès à la rivière pour inviter les gens à venir pagayer. Il y a aussi un souci du détail pour rendre la navigation plaisante pour les yeux en décorant les piliers de béton des ponts avec des gerbes de blé. En se dirigeant vers les limites de la ville à l’est, nous avons dû faire de la cordelette à un rapide en raison du manque d’eau. Les roches étaient à fleur d’eau et nous ne voulions pas prendre de chance et endommager le canot. Par la suite, nous avons croisé plusieurs lignes de roches pour lesquelles nous n’avons pas eu besoin de débarquer. Nous avions remarqué en quittant le terrain de camping que le niveau d’eau de la rivière avait descendu d’au moins 8 pouces depuis notre arrivée. Mais étant donné qu’il y avait un bon dénivelé, il y avait du courant.


Nous avons vu plusieurs chevreuils et oiseaux de proies durant la journée. Et à notre grand bonheur, nous avons pu trouvé une île de gravelle et d’herbe pour arrêter et monter notre campement.


Le lendemain, nous avons eu de forts orages en après-midi. Il s’est mis à pleuvoir vers 12h30 et il a plu tout le reste de la journée, la soirée et même durant la nuit. Nous avons continué à pagayer. Il faisait chaud et tant qu’à déjà être tout mouillés, aussi bien avancer. Ce fut profitable. Il nous fallut toutefois écopé le canot à plusieurs reprises.



Les paysages ont changé au fur et à mesure que nous progressions. Nous sommes passés d’un environnement relativement plat et boisé à des falaises de sable, d’argile et de vase aux couleurs ocres, brunes, rouilles et grises. L’eau ruisselait partout sur les murs, tout juste à la ligne de démarcation entre le sable et la glaise. Nous avons vu des épinettes apparaître. Au début rares, elles ont rapidement dominées la forêt. Tout un changement. Avec la pluie, les odeurs de la forêt d’épinettes embaumaient l’air. Nous sommes d’ailleurs arrêtés dans le parc provincial de Spruce Woods. Nous avons réussi à monter la tente entre deux averses avant de trouver refuge à l’intérieur et s’installer pour la nuit. Le parc jouit de belle variété d’animaux et d’oiseaux (wapitis, chevreuils, oiseaux de proie, hibou, rat musqués, castors …).


La section réalisée entre Treesbank Ferry et le pont de la route 34 fut la plus belle quant à moi. Les couleurs, les odeurs, les arbres, les animaux, le relief, les éboulements et affaissements de terrain impressionnants … tout était là pour rendre le périple agréable pour tous nos sens. Environ trois kilomètres après avoir passé le pont, nous avons trouvé une île où s’arrêter pour la nuit. Le lendemain matin, alors que Pierre sortait de la tente, il a surpris huit wapitis au bout de l’île. Au déjeuner, nous en avons revu un autre. Par la suite, nous n’avons pas revu autant d’animaux. Même Jasmine s’est permise de dormir sur le canot (c’est extrêmement rare que Jasmine dort durant la journée). Il n’y avait pas assez d’action pour elle. Les épinettes sont disparues progressivement, tout comme le relief qui est revenu aux plaines.


Le 12 juin, nous avons fait un portage pour contourner le barrage de Portage La Prairie. Le nom de Portage La Prairie provient du temps de la traite des fourrures. Un portage devait être fait depuis la rivière Assiniboine vers le lac Manitoba par dessus “la prairie”. Alors que nous approchions du barrage, nous avons vu à plusieurs reprises des avions d’entraînement des Forces Armées Canadiennes passer au-dessus de nos têtes (il y a une base à Portage La Prairie).


Nous sommes arrêtés en fin d’après-midi sous le pont de l’autoroute Transcanadienne (#1). Nous avons vidé le canot et avons transporté notre matériel jusque sur l’accotement de l’autoroute. Nous avons mis les roues sous le canot et avons marché jusqu’au terrain de camping Creekside RV Park & Campground. Il y avait deux jours de pluie intense de prévue. Nous avons donc payé pour deux nuits à notre arrivée.


Le lendemain, il y avait 90% de chance de pluie pour toute la journée et de 10-20 mm de pluie attendu. Et bien, nous n’avons rien reçu. Le temps est seulement demeuré gris. Puis, nous avons reçu une belle visite. Stella, que nous avions rencontrée l’an dernier à Grand Rapids (situé à la jonction de la rivière Saskatchewan Nord et du lac Winnipeg), et sa soeur Ellen sont arrivés en après-midi. Elles ont passés plusieurs heures avec nous et nous avons discutés entre autre des problématiques que vivent les Premières Nations. Ellen et Stella sont encore et toujours très actives au sein de la communauté Cris. Elles enseignent leur langue, afin de transmettre leur connaissance. Enseignantes de profession, elles sont encore animées par cette flamme et la passion de l’enseignement.


Ce n’est que dans la nuit que la pluie a finalement débuté. Il n’a cessé de pleuvoir qu’en fin d’avant-midi le lendemain. Nous avons donc décidé de rester une autre nuit et celle-ci nous a été offerte par les propriétaires du terrain de camping. Puis, nous avons rencontré Gordon et Shelly. Gordon se proclame le Métis le plus fier de ses origines au Manitoba. Ce fut une belle rencontre. Nous avons beaucoup parlé de la culture Métis (beaucoup plus forte au Manitoba et dans l’ouest du pays) et avons grandement appris sur le sujet. La culture Métis est riche et plusieurs rencontres Métis sont organisées au Manitoba. Voici un lien vers une page traitant du terme Métis et de son histoire sur le site web de l’Encyclopédie Canadienne. Une lecture conseillée et très intéressante: http://www.encyclopediecanadienne.ca/fr/article/metis/


Le jeudi 15 juin, nous sommes partis de Portage La Prairie après avoir revu Gordon et Shelly (qui nous ont beaucoup gâtés). Nous avons remis le canot à l’eau sous le deuxième pont de l’autoroute Transcanadienne. Nous avons bien avancé durant la journée. Le courant était toujours bon. Les bancs de sable et les endroits où arrêter se faisait plutôt rare par contre. Vers 17h30, nous avons trouvé un banc de sable où nous avons décidé d’arrêté. De l’autre côté de la rivière, il y avait une ferme et nous avions vu sur les silos. Nous étions à St. François-Xavier.



Puis, le vendredi, nous avons parcouru une longue distance. Plus longue que prévue, car nous voulions arrêter à un terrain de camping qui n’en était finalement plus un. Il n’y avait pas d’endroit où arrêter camper (nous étions près de Winnipeg et en région urbaine). Alors, Pierre a téléphoné à notre amie Caroline pour voir si nous pouvions arriver chez elle vendredi soir plutôt que samedi dans la journée. C’est donc à 19h05 et que nous sommes arrivés à La Fourche à Winnipeg (là où les rivières Assiniboine et Rouge se rencontrent). Caroline est venue nous chercher en voiture. Rendus chez elle, nous avons revu Nevada, la fille de Caroline. Nevada est un vrai petit bout en train. Elle est une belle attitude positive et elle est vraiment drôle.



Nous avons passé la fin de semaine avec Caroline et Nevada. Nous avons aussi fait quelques commissions avec la voiture de Caroline et David. Lundi matin, nous avions une entrevue avec Global Winnipeg. Caroline nous a déposé chez Global avant d’aller au travail. Nous sommes revenus par la suite à pieds jusqu’à la North West Company où Caroline travaille. En fin de journée, nous avons eu la chance de rencontrer ses parents et aller voir jouer Nevada au Softball. Le jour suivant, c’est une entrevue à la radio de Radio-Canada qui était prévue à l’horaire. Et en fin de journée, David revenait à Winnipeg après avoir passé du temps dans le nord du pays pour son travail. Saviez-vous que c’est en parti à cause de David que nous faisons ce voyage?


En 2010, nous avions rencontré David à la sortie du parc des Everglades en Floride. Nous y avions passé le congé des fêtes à faire du canot dans le parc. David travaillait pour la North West Company. Nous nous sommes mis à parler de la traite des fourrures et du passé de la compagnie pour laquelle il travaillait. David nous a transmis des livres par la suite et nous avons découvert une passion pour notre histoire et celle de la traite des fourrures. En 2012, nous avons fait un voyage de deux mois en canot depuis Grand Portage (MN) à Repentigny (QC). Ce voyage basé sur la route qu’empruntait les voyageurs a ouvert nos horizons. Nous avons fait tellement de belles rencontres avec les gens. Nous avions réussi à revenir à l’essentiel et étions à l’écoute de ce qui nous entouraient et de nous même. Au retour, nous n’étions plus les mêmes. Et de là a débuté l’Odyssée NorAm.


Le mercredi, nous avons eu deux autres entrevues. Une avec Radio-Canada Winnipeg (pour la télé) et l’autre à la radio au FM 93 (Québec). Le jeudi, Pierre est allé jouer au golf avec David. David avait déjà cette activité planifiée à son horaire et Pierre l’a accompagné. Caroline et moi avons profité d’un moment de détente au Thermëa.



Aujourd’hui, vendredi, une journée de commissions et de préparation en vue de notre départ. Nous avons été invités à participer à l’évènement 150 canots sur la Rouge qui aura lieu demain (samedi). Nous devons toutefois aller camper avec le groupe à St. Norbert en vu du départ du lendemain. Voici le lien pour de plus amples informations sur l’évènement: http://www.riverswest.ca/main.php?p=12. Cet activité s’inscrit dans dans les activités du 150e anniversaire du Canada. Et elle est organisée en collaboration avec la Brigade de la rivière Rouge (http://www.labrigade.ca/).


Nous avons passé une superbe semaine avec nos amis. Et ce fut une grande joie de pouvoir passer du temps avec Nevada. Merci à vous tous pour votre grand accueil, votre générosité et votre partage. Merci Caroline, David et Nevada!


Featured Posts
Recent Posts