Wild Raven Adventure

12 février au 1 mars 2017 - Kitimat à Butedale (C.-B.)

Nous étions très excités en début de semaine à l’idée de pouvoir enfin recommencer à pagayer. L’après-midi du 13 février fut particulièrement superbe. Toutefois, deux jours de pluie intense étaient prévues pour le mardi et mercredi. Nous avons donc pris notre mal en patience et avons pris la décision de rester sur place à la marina et de partir plutôt le jeudi (à moins d’une amélioration dans les prévisions).


Durant la semaine, nous avons vu Tracey et Candice qui été venues nous visiter pour nous dire au revoir. Jacinthe est aussi passé nous rendre visite et nous a apporté du saumon coho qu’elle et son conjoint David avait mis en conserve. Ça fondait dans la bouche. Merci Jacinthe! Le mercredi, la journée aurait été bonne pour partir, mais j’avais promis de faire un vidéo promotionnel pour la marina. J’ai eu bien du plaisir à le faire. Voici le lien pour visionner: https://www.facebook.com/mkbaymarina/videos/1124460297664160/. Puis, nous avons commencé à ressentir l’excitation du départ. Nous nous étions dit qu’à moins d’avertissement émis par Environnement Canada, nous partirions malgré la pluie le jeudi.


Au petit matin, Pierre est allé prendre son café avec Kevin vers 6h30. Il faisait encore noir. C’est une habitude que Pierre avait prise, depuis notre arrivée à la marina, d’aller prendre son café avec Kevin. Mais cette fois, c’était le dernier matin que Pierre et Kevin passait ensemble. Il pleuvait fort ce matin là, mais nous étions tous très heureux. Même Jasmine était surexcitée. Ça faisait longtemps que nous ne l’avions pas vu aussi resplendissante. Elle ne se souciait même pas de son imperméable que nous lui avions mis sur le dos. Elle savait que le grand jour était arrivé.


Nous avons remplis le canot. Nous avons eu un portage facile jusqu’à l’eau (voir photo ci-dessus). Puis nous avons dit au revoir à nos amis. Kevin, Betty, James, Joseline et Reg (qui été venu voir notre départ). Merci à vous tous pour votre grande générosité et votre hospitalité. Un merci spécial à Kevin et Betty. Milles mercis pour tout.


Le départ sous la pluie fut jolie et doux. Quel bonheur de repartir sur l’eau. Jasmine n’a pas hésité avant de prendre place sur le pont du canot. L’odeur de l’eau salée et des algues embaumait l’air. Enfin, l’eau était claire et limpide. Toute une différence avec la rivière de la Paix. Tantôt l’eau était turquoise, puis émeraude. Nous ne pouvions pas voir les montagnes et leurs sommets enneigés, que nous avions si longuement contemplées. Il y avait des nuages et de la brume. Cela donnait une atmosphère mystérieuse, surtout lorsque nous croisions des baies et que nous pouvions à peine distinguer les vallées et collines. Nous avons vu aussi un hélicoptère transporter des troncs d’arbres depuis le haut des montagnes et les laisser tomber dans l’eau. Cette méthode est très répandue en Colombie-Britannique pour la récolte des arbres. Aucune route ne se rend dans les sites prélèvements.


À la hauteur de Kildala Arm, le vent s’est levé tout comme les vagues. L’avancée fut moins rapide. Beaucoup moins que prévu. Malgré tout, nous avons rapidement trouvé notre aise dans ses conditions. Avec le vent, la brume s’est dissipée et la pluie a cessée. Nous avons pu enfin apprécier toute la beauté de la nature et des paysages. Vraiment impressionnant. Nous avons aussi vu des phoques et des loutres à profusion (trop rapide toutefois pour pouvoir prendre des photos avant que Jasmine ne les chasse en jappant).


Au coucher du soleil, nous sommes arrivés à Weewanie Creek. À cet endroit, il y a un camp de trappeur appartenant à Sammy Robinson (artiste sculpteur Haisla reconnu internationalement). Il est rendu disponible pour tous grâce à la Nation Haisla qui en prend soin, tout comme pour tous les autres camps de trappeurs installées sur le territoire. L’endroit était idéal pour nous. Il y avait même un foyer pour garder le camp au chaud et faire sécher nos vêtements.


Le lendemain matin, alors que Pierre jouait avec Jasmine sur une plage enclavée, Jasmine n’a pu résister à l’appel de la nature et s’est sauvée. Elle a été partie si longtemps que nous avons dû modifier nos plans. Nous avions prévu partir ce matin là et profiter du beau temps pour avancer. En raison de l’heure tardive, nous avons décidé de rester. Cela nous a donné l’opportunité d’aller marcher dans la forêt et de se rendre au Hot Springs. La forêt est magique. Tout est si verte et surdimensionné. La mousse pousse partout. Ça sent bon et frais. Du haut des rochers longeant le rivage, nous constatons à quel point l’eau est claire. Le ciel était dégagé cette journée-là et nous avons pu voir les montagnes surplombant le Douglas Channel. Le soleil faisait briller la neige des sommets de milles éclats.


Le samedi fut une journée plutôt difficile. Elle a débuté d’abord sous le calme. Puis, dans le Devastation Channel, tout juste après avoir passé le bras de mer menant à Kemano, nous avons été frappés par des coups de vent très forts et les vagues se sont soulevées tout d’un coup. Vagues et clapotis de 10 pieds. Nous avons passé un mauvais 15 km avant que le calme ne revienne. Puis, nous avons commencé à avoir mal au cou, parce que nous passions notre temps à regarder partout et à mentionner à voix haute tout notre émerveillement. Du fond de l’eau jusqu’à la cime des montagnes. Tout était beau. Nous avons vu des oursins et des étoiles de mer. La devise sur la plaque d’immatriculation de la Colombie-Britannique est “Beautiful British Columbia”. Et bien nous sommes d’accord.



Le dimanche 19 février, nous sommes arrivés à Monkey Beach après avoir fait une escapade improvisée sur Gribbell Island. Le camp de Monkey Beach est un peu plus difficile à voir, mais est très bien situé. Nous nous rendions pas compte lorsque nous sommes arrivés que cet endroit allait devenir notre maison pour les prochains huit jours. La météo n’a pas du tout coopéré avec nous. Température trop froide pour pagayer pour Jasmine (trop risquée pour elle); avertissement de vent violent; fortes vagues; neige et visibilité nulle. Nous avons eu droit à tout. Néanmoins, nous avons tiré parti de notre séjour en marchant à tous les jours dans la forêt. Cette forêt semble sortir tout droit du film Avatar. Les arbres sont gros, grands, verts et leur branches sont tordus. Les photos ne représentent malheureusement pas bien l’atmosphère qui se dégage. Alors, si vous voulez vraiment voir ce que nous voulons dire par forêt Avatar, vous devrez aller voir. :)


Notre quotidien s’est composé à tous les jours à chercher du bois sec pour chauffer le foyer, le fendre et aller chercher de l’eau fraîche dans un ruisseau situé au bord de la plage, de l’autre côté du camp. Nous avons été choyés d’avoir pu rester si longtemps, au chaud, dans le camp. Un immense merci encore à la Nation Haisla pour l’accès aux camps et leur magnifique emplacement.


Lundi matin le 27 février, nous sommes enfin partis après avoir passé 8 nuits au même endroit. Aucun avertissement émis. C’était notre chance de bouger. Nous sommes partis à 9:15 alors que la marée montait encore. Malgré le fait que nous avions la marée contre nous, nous avons très bien avancés. Plus de 7 km/h de moyenne en avant-midi. Puis, un peu plus de vagues et de vent rendus près de Goat Bay et de McKay Reach. Nous avons dîné dans le canot et avons poursuivi notre périple dans le Princess Royal Channel. À ce moment, la marée avait commencé à descendre. Et nous étions encore contre marée. Notre moyenne s’est vue diminuée cette fois-ci, mais malgré tout, nous sommes arrivés à Butedale vers 16h00. Cory Lindsay, gardien de l’endroit, nous attendait déjà. Il était sur le quai avec son chien Buddy. Reg l’avait avisé à l’avance de notre arrivée (merci Reg!). Nous avons reçu un superbe accueil d’un homme fort sympathique. Nous ne pouvions mieux tomber.




Cory vit ici en permanence depuis 2012. Originaire d’Ottawa (Ontario), il est tombé en amour avec l’endroit en 2009 lors d’un voyage. Pour lui, aucune journée ne se ressemble. Chaque jour réserve son lot de surprise et d’émerveillement. Adepte de la photo et du vidéo, il met régulièrement sa page Facebook à jour (https://www.facebook.com/cory.lindsay.7?fref=ts) et sa chaine Youtube (https://www.youtube.com/channel/UCUva1Y2to1M_PNhuV1Fbe2g). Nous avons passé la soirée du 28 avec lui à regarder ses vidéos. Très impressionnants. Il partage ses découvertes avec émerveillement. Il est aux premières loges et voit sous ses yeux, et ceux de ces fidèles compagnons, la faune et la flore s’épanouir et changer au gré des saisons. Il a eu la chance aussi de voir un “Spirit bear” ou ours de Kermode. À voir sur sa chaîne Youtube, ainsi que les baleines venues dans le havre de Butedale.


Butedale fut un jour un village en plein effervescence. Fondé officiellement en 1918 sur l’île de Princess Royal, Butedale fut occupé, entre autre, par la compagnie Canadian Fishing Company jusque dans les années 50. Une usine de cannage de poissons faisait vivre ce port et fournissait du travail à plus de 400 personnes durant les bonnes années. Le village avait été installé à un endroit stratégique. Il était complètement autonome. L’eau pure qui descend, via la série de chutes du lac de Butedale, fourni de l’électricité grâce à une turbine. Encore aujourd’hui, l’endroit utilise les mêmes installations pour ses besoins en électricité. Le propriétaire des lieux a de grands et intéressants projets pour Butedale. Nous souhaitons le meilleur des succès pour le futur et une longue vie à Butedale. Et nous souhaitons par dessus tout que Cory continuera à partager son histoire via les réseaux sociaux, car sa vie, loin d’être monotone, est fascinante et inspire le respect de la nature.


Aujourd’hui 1 mars, nous sommes toujours à Butedale. Il a neigé abondamment hier (plus d’un pied de neige) et encore aujourd’hui. Cory nous a montré des photos prises le 9 mars l’an dernier. Toute une différence (voir ci-dessous). Les prévisions météorologiques indiquent encore beaucoup de précipitations de neige et de la pluie abondante pour la prochaine semaine. Il y a de fortes chances que nous passions plus de temps ici. Nous ne pouvons nous plaindre, car la compagnie est très agréable. De plus, Cory nous laisse utiliser une des maisons. Nous sommes donc à l’abri des intempéries et au chaud. Cory, milles mercis pour l’accueil, l’hospitalité et ta grande générosité.




En terminant, je vous partage un lien pour un vidéo créé par Cory sur Butedale (le autrefois), intitulé: Butedale Remembrance by Cory Lindsay (pictures from the old days).

https://www.youtube.com/watch?v=VMZdZ5Cl9wg



Featured Posts
Recent Posts