Wild Raven Adventure

Peace River (AB) à Hudson Hope (BC) puis le Yukon / 2 au 26 octobre 2016

Dimanche le 2 octobre au mercredi le 26 octobre 2016

Nous avons passé un très bon séjour à Peace River et surtout reposant. Un grand merci encore au Best Canadian Motor Inn (BCM Inn) pour l’accueil, l’excellent service et leur hospitalité.

Ce n’est que finalement le lundi 3 octobre que nous sommes partis de Peace River, sous un matin brumeux et très frais. Konrad du journal local de Peace River Record Gazette est venu nous rencontrer alors que nous nous préparions à quitter (cliquez ici pour lire l’article). Nous étions heureux de reprendre le chemin de l’eau. Nous savions que les derniers 380 km nous séparant de Hudson Hope (CB) ne seraient pas facile à parcourir. Mais nous étions encouragés et motiver à terminer la rivière de la Paix.

Le premier avant-midi n’a pas été évident. Nous avons dû faire de la cordelette peu de temps après est partie de la plage située près de l’hôtel. Le courant été fort et le bord de l’eau peu profond. L’eau était trouble et toujours très sédimenteuse. On ne voyait même pas à un pouce sous la surface de l’eau. Les roches et cailloux bordant le rivage étaient magnifiques. Il y en a de toutes les couleurs. Je me rappelle une roche en particulier qui était beige avec des pois mauves.

Ce jour-là, ce n’est que 26 km que nous avons réussi à couvrir. Nous sommes arrêtés vers 18:00 à la traverse située près d’Early Garden. Le paysage était beau et vallonneux. Il y a moins d’arbres, ce qui nous permet d’apprécier les collines. Nous avons monté notre campement dans les herbes un peu plus haut sur une butte située tout près du traversier du traversier. Peu de temps après, il faisait déjà noir. Un froid glacial s’est installé et nous avons terminé notre souper

sous la lueur de notre lampe frontale.

Dans la nuit du 3 au 4 octobre, nous avons eu des visiteurs. Une première pour nous. Des souris sont venues perturbées notre sommeil et se sont amusées à courir sur notre tente. Ces souris hyperactives et tenaces ont même fait deux trous dans la tente. Ce n’est que le matin que nous avons constaté les dégâts. Depuis le tout début de nos aventures, nous avons eu des rencontres de près avec des ours, des loups, des orignaux, un cougar, des alligators et des requins, des sangliers sauvages, etc. Rien n’est jamais arrivé et notre matériel n’a jamais été endommagé par la faune sauvage. Nous étions donc vraiment surpris de constaté que nous devions maintenant mettre les souris dans une classe à part et s’en méfier davantage.

Le 4 octobre, nous sommes restés sur place. Le vent nous avait contraints d’avancer. Nous avons donc réparé la tente et avons relaxé.

Le mercredi 5 octobre, nous étions de retour à nos pagaies et avons parcouru 27 km. La température a oscillé entre -1C et +5C. Le temps était lourd et gris. La tente était givrée au réveil et nous avons dû retrouver nos réflexes de camping d’hiver.

Le courant est fort par endroit et impressionnant. Nous avons dû faire de la cordelette à deux reprises. Nos pagaies ont frappés fort. Elles étaient déjà bien endommagée de toutes nos remontés de rivières à contre-courant et des tortures que nous leur avons infligés durant les derniers 15,000 km et trois années d’utilisation. Depuis déjà un bon mois, je pagaie avec la pagaie de rechange. La mienne était beaucoup trop endommagée et avait déjà été réparée plus d’une fois. La journée du 5 octobre fût le coup de grâce pour nos pagaies. Déjà, de nouvelles pagaies avaient été expédiées à Hudson Hope (CB) par Grey Owl Paddles (modèle Raven). Nous avions cru être en mesure de se rendre à Hudson Hope avec nos veilles pagaies, mais il semble que le destin en avait décidé autrement. Au beau milieu de la rivière ce soir-là, assis dans nos chaises près du feu, nous nous demandions bien ce que nous allions faire. Il nous restait au moins deux semaines de canot à faire avant d’arriver à Hudson Hope. Nous étions maintenant confrontés à une situation critique. Lorsque nous sommes entrés dans la tente et avons pris nos messages sur inReach, nous avons été confortés. Nos amis Mike et Christelle était en route depuis la Saskatchewan vers le Yukon. Ils nous proposaient leur aide advenant un pépin. Nous leur avons écrit et avons expliqué notre situation.

Nous avons une bonne étoile et cette fois-ci, c’est en Christelle et Mike qu’elle s’est manifestée. Le lendemain, ils nous ont dit être en route pour aller nous récupérer. Nous avions rendez-vous à la traverse. Quel soulagement! Quelle générosité de leur part! Ils nous conduiront à Hudson Hope pour récupérer les pagaies.

Nous sommes partis vers 13:00 de notre île. Cela nous a permis de faire dégeler notre matériel et de se réchauffer un peu. Il faisait -6C au réveil. Tout était gelé. Nous avons rebroussé chemin et sommes partis avec le courant. Il n’a fallu que 1:45 pour couvrir les 27 km que nous avions faits la veille et qui nous avaient pris 8 heures (malgré un fort vent de face). C’était fou à quel point nous allions vite. À un moment, nous avons ouvert le GPS pour valider notre vitesse. Nous allions à 17 km/h. Ouf! Tout un changement. Il faisait toujours froid et nous avions mis tout ce que nous pouvions mettre sur notre dos pour nous réchauffer.

Nous sommes arrivés en même temps que Mike et Christelle à la traverse. Les retrouvailles furent plaisantes. Et nous avons été reçus en plus au champagne.

Le lendemain, nous avons remplis le camion avec notre matériel et mis le canot sur le toit. Puis, nous nous sommes déplacés vers Dunvegan (AB) où nous avons campé. Le paquet attendu avec nos pagaies n’allait pas arriver avant quelques jours. Nous avions donc du temps devant nous. Mike et Christelle n’étaient pas pressés de rentrer au Yukon non plus. Ils ne pouvaient rentrer à la maison avant la mi-octobre.

Le samedi 8 octobre, nous nous sommes dirigés vers Hudson Hope. Mike et Christelle nous ont fait visiter les sculptures de bois de Chetwyan. Puis, nous nous sommes rendus au premier petit barrage de la rivière de la paix. Les couleurs étaient belles. Le blanc de la neige faisait ressortir le jaune des feuilles et le gris-brun des rochers.

Nous avons terminé notre journée à Hudson Hope, au Sportsman's Inn. Nous avons eu droit à un super prix et un bel accueil de la propriétaire et gérante. Nous sommes restés 3 nuits à cet endroit et nous n’étions pas malheureux. Les températures ont chûtées drastiquement et il y a eu des averses de neiges. Durant notre séjour, nous sommes allés visiter le barrage Bennett et nous avons aussi rencontrés Chris et Gerri de Dirty Bird Soap Empire. Ce couple charmant nous a apporté des savons. Nous avons passé un bon moment en leur compagnie à discuter de la vie de nomade et de leur désir de vivre « Off the grid ». Merci encore à vous deux pour la belle opportunité et les beaux savons.

Le mardi 11 octobre, notre paquet n’était toujours pas arrivé. Et il fallait prendre une décision. Mike et Christelle nous proposaient de venir au Yukon avec eux. L’hiver était déjà installé dans la vallée de la Peace River et le réservoir du barrage Bennett est réputé pour être impitoyable en hiver. Mike a déjà vécu dans la région et nous a mis en garder des dangers. Ici, il peut tomber plusieurs pieds de neige en quelques jours. D’ailleurs, plus de 40 cm était attendu d’ici la fin de la semaine. Nous avons donc finalement accepté avec plaisir l’offre de nos amis. Malgré tout, nous avons eu un pincement au cœur de penser que la saison de canot était déjà terminée. Nous avons pris arrangement pour faire expédier nos pagaies au Yukon et nous avons pris la route, la fameuse Alaskan Highway. Nous sommes arrêtés la première nuit camper aux Pink Mountains. Il y avait déjà bien de la neige et le lac était gelé.

Le jour suivant, nous nous sommes rendus au Liard River Hot Springs. Nous avons campé aussi à cet endroit. Après une bonne nuit et après avoir déjeuné, nous sommes allés profiter des sources d’eau chaude naturelles. C’est un superbe endroit où ça vaut la peine de s’arrêter. En après-midi, nous nous sommes déplacés vers un endroit connu de Mike et Christelle où il est possible de camper sur le bord de la rivière Liard. Un emplacement de choix. L’eau est claire et turquoise. Il y a du sable blanc et de très intéressantes formations rocheuses. Nous avons aussi surpris un bison qui faisait une sieste. Ce n’est que le matin suivant que nous avons eu toute une surprise. Pierre a fait un face à face avec un bison. Il était tout juste de l’autre côté de la tente et de la bâche. Pierre allait traverser en sa direction puis l’a aperçu. Un deuxième bison suivait tout près. Pierre a réussi à capter une photo (on voit le coin de la bâche sur la photo … cela montre à quel point le bison était près). Ils ont avancé dans le bois sans presse. Ces animaux massifs et imposants n’avaient pas peur de nous. Puis, ils ont bifurqué à nouveau vers nous et le camion avant de prendre la poudre d’escampette vers la rivière. C’était vraiment « capoté ». Un moment inoubliable.

Sur la route, il y a une grande section où les bisons broutaient l’herbe. Il y en avait des centaines. J’étais très impressionnée. Je voulais voir des bisons … et bien j’ai été bien servie. Mike nous racontait qu’il y a beaucoup d’accidents causés par les bisons sur cette partie de l’autoroute.

Nous avons vu les montagnes grandirent au fur et à mesure que nous avancions. Nous avons dit beaucoup de « Oh », « ah » et « wow ». Puis, nous sommes arrivés au Yukon et à Watson Lake. Nous étions rendus le vendredi 14 octobre. Nous avons passé la nuit chez Mike et Christelle et avons fait le changement des pneus pour la saison hivernale. Puis, nous sommes repartis faire du camping jusqu’au lundi 17 octobre. Nous sommes arrêtés dans un endroit paisible aux abords de la rivière Rancheria. Il a neigé toute la fin de semaine. Ce fût une belle fin de semaine reposante. La forêt était belle. Il y avait des caribous qui s’y promenaientt. Nous avons même vu des loutres sur la glace de l’autre côté de la rivière.

Le lundi en après-midi, nous nous sommes installés chez Mike et Christelle. Nous avons notre chambre et nous sommes très confortables. Pierre et Mike sont repartis à la chasse le mardi suivant dans le Nahanni Range. Ils sont revenus avec des perdrix et des belles photos. Le Nahanni Range est un endroit à aller visiter définitivement!

Nous avons aussi rencontré Jamie et Christopher qui travaillent à l’hôpital où Mike travaille. Nous avons passé une belle semaine à Watson Lake avec nos amis. Un immense merci à Christelle et Mike. C’est une belle opportunité qu’ils nous offrent et leur générosité est grande.

Nous avons bien hâte de vous tenir au courant des aventures et découvertes que nous ferons durant les prochaines semaines.


Featured Posts
Recent Posts
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.